Charges Variables et Charges Fixes : quelles différences ?

    Charges Variables et Charges Fixes : quelles différences ?

    Il est important de bien distinguer les charges variables des charges fixes afin d’analyser les conséquences de la variation du volume des ventes sur le résultat de l’entreprise. Cela va permettre de prendre les bonnes décisions de gestion, principalement concernant la réduction des charges.

    1. Charges variables

    Une charge variable, aussi appelée charge d’activité ou charge opérationnelle, représente une charge liée au fonctionnement de l’entreprise. Elle fluctue en fonction du volume d’activité, c’est-à-dire que plus l’activité progresse, plus les charges variables augmentent et inversement. Les charges variables peuvent être les frais liés à la consommation énergétique, à l’achat de matières premières, aux transports, à la sous-traitance…

    2. Charges fixes

    Les charges fixe, appelées aussi charges structurelles ou charges de structures, sont liées à l’existence de l’entreprise. C’est-à-dire qu’elles ne varient pas en fonction de l’activité, elles sont indépendantes du niveau de vente et de la production. Celles-ci restent stables quel que soit le niveau de production de l’entreprise. Elles représentent des frais réguliers, généralement, ce sont des paiements mensuels. Les charges fixes sont souvent financées par la marge sur les charges variables. Voici quelques exemples de charges fixes : le loyer, l’assurance, les honoraires, les salaires, l’amortissement des immobilisations, les abonnements…

    3. Charges mixtes

    Il existe aussi les charges semi-variables, appelées aussi charges mixtes. Ces charges sont alors en partie fixe et en autre partie variable. Un exemple typique, les frais de rémunération de salarié comportant à la fois une partie fixe et variable. C’est le cas des commerciaux, ils ont une base fixe et une autre partie variant en fonction des ventes qu’ils réalisent au cours du mois, appeler prime sur objectifs. D’autres charges sont dites mixtes quand on ne peut pas les classer de manière radicale dans les charges variables ou fixe. Ces charges là sont fixes pendant un temps pour variable quand l’entreprise subit une croissance.

    4. Seuil de rentabilité

    Les charges variables et charges fixe permettent de calculer le seuil de rentabilité. Ce seuil représente le niveau d’activité minimum pour que l’entreprise soit rentable. Le seuil de rentabilité se calcule ainsi : seuil de rentabilité = Charges fixes / taux de marge sur coûts variables.

    Les charges variables permettent de déterminer la marge sur les coûts variables : taux de marge sur coûts variable = ((chiffre d’affaires – charges variable)/chiffres d’affaires)*100. Une fois ce taux définit, il permet de déterminer le seuil de rentabilité puisque lorsque la marge sur coûts variables englobe la totalité des coûts fixes, cela signifie que le seuil de rentabilité est atteint.

    ! Ne pas confondre avec les charges directes et indirectes !

    Les charges variables et charges fixes ne sont pas la même chose que les charges directes et indirectes. Les charges directes sont les charges que l’on peut intégrer directement au coût de revient du produit ou de la prestation sans calcul intermédiaire. Par exemple : le packaging d’un produit est une charge directe puisque son prix est intégré dans celui du produit. Inversement, les charges indirectes nécessitent un calcul intermédiaire pour être attribué au coût d’un produit ou d’un service. Les charges indirectes peuvent être par exemple des frais de publicités, de loyers, d’assurances…

    credit to : blog.compta-clementine.fr

    About