La BAD approuve la nouvelle stratégie pays pour la Tunisie

    La BAD approuve la nouvelle stratégie pays pour la Tunisie (2017-2021)

    Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le nouveau Document de stratégie pays 2017-2021 pour la Tunisie, dont l’objectif est d’assurer le retour à une croissance inclusive de haut niveau et porteuse d’emplois d’ici 2020 et “faire du pays un hub régional à haute valeur ajoutée”, selon un communiqué de l’institution financière africaine rendu public samedi 1er juillet 2017.

    Le programme de collaboration entre la BAD et la Tunisie pour les 5 années à venir, approuvé vendredi 30 juin 2017, a été conçu pour accompagner la Tunisie dans la mise en œuvre de son Plan stratégique de développement (PSD) 2016-2020.

    Un appui spécifique au développement de la base industrielle 

    Dans cette perspective, la BAD apportera un appui spécifique au renforcement et au développement de la base industrielle de la Tunisie à travers un appui aux réformes structurelles permettant d’accroître la compétitivité et le climat des affaires ainsi que par le développement d’infrastructures de transport et de logistique, précise la BAD.

    Elle soutiendra le gouvernement tunisien dans la mise en place d’une nouvelle politique industrielle et d’innovation (NPII) et dans la diversification des sources de croissance par le développement de nouvelles chaines de valeur et créneaux porteurs au niveau des régions.

    Appui au Plan de développement 2016-2020…

    La création d’emplois pérennes et de qualité et la lutte contre le chômage au niveau national et régional seront, également, au cœur de l’action de la Banque en conformité avec les objectifs du Plan stratégique de développement (PSD) 2016-2020 qui vise à faire passer le taux de chômage moyen actuel de 15,6% à 11,8% d’ici 2020.

    La BAD interviendra, également, à plusieurs niveaux, notamment, par le soutien à la mise en place de politiques publiques innovantes, en matière d’emploi avec au programme le lancement d’une réflexion sur l’amélioration du fonctionnement du marché du travail, par le développement des compétences humaines au service de l’industrie et du secteur privé ainsi que par le développement de l’auto-entrepreneuriat notamment au profit des femmes et des jeunes.

    Appui à la stratégie de décentralisation

    Un axe important de la stratégie 2017-2021 concernera, également, le développement régional et l’amélioration des conditions de vie des populations des régions prioritaires.

    Dans ce cadre, la Banque appuiera la stratégie de décentralisation du gouvernement à travers la mise à niveau des services administratifs déconcentrés et des services publics dans les régions, la réhabilitation des infrastructures de base prioritaires (eau et assainissement, transport rural, éducation, santé et technologies de l’information et de la communication (TIC) et le développement local au niveau communal, toujours selon le communiqué.

    Encouragement de la croissance verte…

    La BAD œuvrera, en outre, au renforcement holistique de l’économie rurale par la modernisation de l’agriculture et le développement de l’entrepreneuriat rural grâce à une amélioration de l’accès des populations des régions aux services financiers et non financiers.

    La BAD encouragera, dans le cadre de ses activités en Tunisie, la croissance verte ainsi que la protection de l’environnement et des ressources naturelles à travers le soutien au développement des énergies renouvelables.

    Promotion de techniques d’irrigation innovantes

    La Banque incitera la gestion durable des ressources en eaux à travers l’amélioration du retraitement des eaux usées et la promotion de techniques d’irrigation innovantes ainsi que par la mise en place de politiques et de mécanismes de recyclage des déchets en milieu urbain et rural conformes aux meilleures pratiques internationales.

    D’après la BAD, la Tunisie est son 5ème plus gros emprunteur. Elle dispose, actuellement, d’un important portefeuille actif de projets, avec 43 opérations en cours, dont un nombre important portant sur une assistance technique, laquelle représente un engagement financier, au 30 juin 2017, d’environ 1,8 milliard de dollars (soit l’équivalent de 4,4 milliards de dinars).

    About